Josef Nadj - Le cri du caméléon

Le Cri du Caméléon

The Chameleon’s cry

 

End of the year show of the 7th year group of the CNAC – National Center for Circus arts

 

Choregraphy & direction

Josef Nadj

 

Assistant

Franck Micheletti

 

With the 7th year group CNAC’s students

Etienne Arlettaz, Arnaud Clavet, Vincent Gomez, Laurent Letourneur, Michael Mercadié, Bruno Michel,  Jambenoix Mollet, Laurent Pareti, Thomas Van Uden, Martin Zimmermann

 

Music

Stevan Kovac Tickmayer

 

Lights

Laurent Fachard

 

Scenography

Goury

 

Costumes

Sandrine Pelletier

 

Production

Centre National des Arts du Cirque

 

Creation

Centre National des Arts du Cirque – Châlons-en-Champagne, december 1995

 

Prize

Best performance at Festival Mercad de Flores, Barcelona, Spain

What ideas cause Man to explore things which are not natural for him? “Tracking the myth of supermen – Icarus, Heracles, …. – Man replays this singular adventure in front of us, in which he strives to overcome a universe of dreams, hallucinations, memories … The Circus.

 

Josef Nadj, attracted by the fantastic and absurd universe of Alfred Jarry, creates a poetry of correspondence in which circus, dance and music techniques circulate, a place of physical accomplishments where the unexpected can reveal itself.

 

The Chameleon’s cry calls forth the idea of the metamorphosis, and the longing to adapt to different spaces. A place where fantastic forces deploy their tricks and surnatural ones their cunning. No identity of any kind is settled upon … which gives Josef Nadj and his team every possible freedom.

Le cri du caméléon vu par Marc Laumonier

Nadj, nouvelle piste pour la danse. Le chorégraphe signe le spectacle annuel de l'école du cirque de Châlons.

Laurent voulait être danseur. Recalé à l'entrée du Centre national de danse contemporaine d'Angers, il se tourne vers le cirque et passe avec succès le concours du Centre national des arts du cirque de Châlons-sur-Marne (CNAC). Il ne pouvait alors prévoir qu'après deux années d'études il décrocherait son diplôme, comme ses neuf camarades de la 7e promotion, à l'issue d'un spectacle signé par une des figures de proue de la chorégraphie contemporaine, Josef Nadj. Il sera donc danseur, voltigeur, clown et musicien à la fois. Cette polyvalence est à l'image de l'évolution et du décloisonnement du monde des circassiens: le Cnac, école nationale supérieure qui vient de fêter ses dix ans, a réussi le pari cher à son directeur, Bernard Turin, de faire émerger une nouvelle génération d'artistes, aujourd'hui très sollicités sur les scènes nationales comme internationales. Citons le Cirque O, Que-Cir-Que, les Nouveaux-Nez, Johann le Guillerm (Cirque Ici), Nikolaus et d'autres artistes que l'on croise dans différentes compagnies: Plume, Baroque, Archaos, Cirque du Soleil, Zingaro, Knie, Gosh...

 

A peine sortis de l'école, les étudiants de la 7e promo ont monté leur compagnie et démarrent une tournée avec leur spectacle au titre emblématique: le Cri du caméléon. Ils partagent en effet avec le petit reptile l'étrange faculté de se fondre dans l'environnement, en l'occurrence celui que leur a spécialement concocté le chorégraphe. Un univers moribond et inquiétant comme les affectionne Josef Nadj, qui s'est inspiré du roman d'Alfred Jarry, les Surmâles. Au centre de la scène, frontale, prend place une sorte de boîte de Pandore, au décor nuageux évoquant l'univers surréaliste de Magritte, d'où s'échappent en ordre dispersé et de tous côtés de drôles de bonhommes: difformes, grands, petits, l'air hagard avec la boule rasée, en costume noir, le chapeau vissé sur la tête jusqu'au cou, désarticulés, empêtrés dans des souliers trop larges ou coincés dans une caisse à roulettes... Chacun déploie force et ingéniosité afin de se mouvoir et préserver un équilibre sans cesse fragilisé. Pour illustrer l'argument, Nadj cultive l'absurde, et de fait surprend souvent là où on ne l'attend pas. Le judicieux parti-pris mêle imperceptiblement chorégraphie et numéros de jonglage, jeux de mains à mains ou d'équilibres. Le dispositif scénique règle avec légèreté et fluidité les transitions. Josef Nadj s'est visiblement délecté à briser et à corrompre le corps des athlètes, penchant avec allégresse pour le versant freaks du cirque. Corps rigides, élastiques, amorphes, mutilés ou corps marionnettes, le chorégraphe décline, dans une frénésie de mouvements, de lentes métamorphoses et avec une touche d'humour, toute une gamme de postures poussant à son terme les potentialités de chaque interprète. Le spectacle est l'aboutissement de près d'un an de travail. Dès le mois de janvier dernier, le chorégraphe a observé les étudiants, jaugé leur savoir-faire, apprécié leurs envies. Josef Nadj aurait bien substitué aux quilles des jongleurs de nouveaux accessoires afin de faire disparaître toute évocation trop voyante du cirque. Mais un tel changement exige des artistes des mois d'entraînement. Ce mariage hors norme du cirque avec la danse contemporaine ne devrait pas manquer de faire des émules. C'est la première fois que Bernard Turin fait appel à un chorégraphe pour le spectacle de sortie des étudiants. L'absence de texte, loin de constituer un obstacle, comme pour les metteurs en scène de théâtre qui l'ont précédé, a permis à Nadj et aux interprètes de donner toute la mesure de leur virtuosité. Après les cirques traditionnels, puis les nouveaux cirques, il faut désormais compter avec le cirque contemporain.

 

Marc Laumonier - Libération - 15 janvier 1996

Le cri du caméléon vu par Martine Maleval

Eclairage

Initialement, le pôle de formation du Centre National des Arts du Cirque, l'Ecole Supérieure des Arts du Cirque (ESAC), ouvert en 1985, dispense une formation en quatre ans. Depuis 1991, elle s'articule en deux cursus. Le premier, dispensé à l'Ecole Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois (ENACR), dirigée par Anny Goyer depuis 1994, conduit au Brevet Artistique des Techniques du Cirque ; le second à l'Ecole Supérieure des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne prépare au Diplôme des Métiers des Arts du Cirque (DMAC).

 

Les seize étudiants par promotion accueillis à l'ESAC reçoivent un enseignement théorique et pratique pluridisciplinaire réparti sur deux ans. A l'équipe d'enseignants titulaires sont associés des intervenants extérieurs et des artistes invités.

 

Engagés dans un processus de création individuel, puisque les élèves travaillent autour de leur spécialité des numéros autonomes, ils le sont également collectivement dans le cadre du spectacle de fin d'études, instauré dès 1989, année de sortie de la première promotion. Si la prise de fonction de Bernard Turin a été déterminante pour le développement de l'école, elle l'est aussi pour son rayonnement en relation avec cette initiative. En effet, il confie sa réalisation à des artistes metteurs en scène ou chorégraphes reconnus professionnellement, afin que les étudiants porteurs de leur propre projet soient investis dans une entité cohérente. Ces réalisations acquièrent une notoriété certaine depuis que Josef Nadj, en 1995, conçoit celui de la 7ème promotion, Le Cri du caméléon, qui de par la force de proposition du chorégraphe et l'efficacité de la rencontre avec le groupe [1] confèrent un statut d'œuvre à un spectacle d'école de cirque. Josef Nadj, après une période de formation et d'échange avec les élèves, estime devoir avancer sur deux fronts : « Je connaissais dès le départ le compromis que j'allais devoir gérer : il fallait utiliser tous leurs numéros – car c'est un spectacle de diplôme de fin d'études, c'était la figure imposée – et en même temps, il fallait que j'essaie de les ouvrir, de leur injecter de nouvelles matières » [2]. Ce spectacle s'inspire de l'univers fantastique et absurde d'Alfred Jarry, tout particulièrement de son roman Le Surmâle. Comme dans nombre des chorégraphies de Josef Nadj l'espace scénique, frontal, est chargé d'objets. Si le corps des danseurs explore l'intervalle, en se glissant dans les interstices, celui des artistes de cirque se confrontent à l'objet, y prennent leurs appuis pour un nouvel élan. Ainsi, immergées dans un nouvel environnement, les techniques de cirque sont chahutées, détournées, et affirment leur droit à la parole. Le cirque fait une nouvelle fois la preuve qu'il peut sortir de l'univers du divertissement et accéder au statut d'œuvre. Cette réalité présente dans les spectacles des compagnies fondatrices du genre Archaos, Plume ou Baroque prend une dimension toute particulière lorsqu'elle est réalisée par les élèves de l'école nationale dont s'est dotée l'Etat qui prouve ainsi la pertinence de son engagement. De plus, programmé à la Grande Halle de la Villette, Le Cri du caméléon reçoit l'ovation de la presse.

 

Les spectacles du CNAC conservent ce rendez-vous annuel, pour lequel ils sont attendus comme un des événements majeurs qui rythme la vie du cirque en France. Le Cri du caméléon appartient dorénavant au patrimoine culturel du nouveau cirque ; il est devenu emblématique.

 

[1] Les élèves de cette promotion (rejoints par le fascinant trampolineur Mathurin Bolze, de la promotion suivante) se constituent d'emblée en une compagnie qui prend pour nom Anomalie. Celle-ci crée, collectivement, en 1998, 33 tours de piste, un «concert lyrique», sorte de cabaret dans lequel alternent des exhibitions de danse et de cirque.

 

[2] Josef Nadj, « Josef Nadj », propos recueillis par Marc Moreigne, dans Le Cirque contemporain, la piste et la scène, Op. cit.  p. 129.

 

Martine Maleval

History :

 

12-20 janvier 1996

Grande Halle de la Villette

Paris (FR)

 

7-17 décembre 1995

Centre National des Arts du Cirque

Châlons-en-Champagne (FR)


L'Anatomie du fauve

A piece by Josef Nadj based on the works of Oskar Vojnić

 

Choregraphy

Josef Nadj

 

Performers

Istvan Bicskei, Denes Dobrei, Peter Gemza, Franck Micheletti, Josef Nadj, Jozsef Sarvari, Gyork Szakonyi

 

Music

Stevan Kovac Tickmayer

 

Performed by

Stevan Kovac Tickmayer – piano

Chris Cutler – percussions

 

Scenography

Goury

 

Lights

Rémi Nicolas

assisted by Raymond Blot

 

 

Set construction

Le Vif, Fred Jack & Philippe Richard

 

Production

Théâtre JEL

 

Coproduction

Centre de production chorégraphique d’Orleans, Théâtre National de Bretagne – Rennes, Théâtre de la Ville – Paris, La Coursive Scène Nationale – La Rochelle, Carré Saint-Vincent – Scène National d’Orléans

 

Thanks to

Carré Saint-Vincent – Scène Nationale d’Orléans, Théâtre National de Bretagne

 

Creation

Scène nationale d’Orléans – november 1994

This performance pays homage to travel-writer Oskar Vojnić. Born in 1864 in Hungary,  Vojnić died in 1914 in Port-Saïd in Egypt after having spent the last twenty years of his life roaming the globe (Middle-East, Africa, Asia) , spurred by his longing for travel.

 

Vojnić’s travel bug started with a passion for volcanic landscapes and the diverse manifestations of the earth’s forces. Later on, with a character drawn to adventure, he discovered big cat hunting parties in Africa and started studying the foreign languages he encountered on his travels.

In parallel to his observations on the natural world and big cats, he started questioning himself on the origin of the deeply buried forces which compel men to conquer faraway places, and on the root of Man’s primordial instincts.

As his explorations progressed, he abandoned his research on natural phenomena and animals to focus on a question which was already that of Plato: “What’s in there then, deep down inside myself ?” In the West, Europe was descending slowly into self-destruction and the first signs of a coming war were being witnessed.  Vojnić preferred to remain abroad, and put an end to his journey. On the day of his fiftieth birthday, he committed suicide.

 

His observations and his destiny have become the basis of an interrogation, which remains ours today: how can we preserve the path that man laboriously creates for himself, when history’s path blurs, founders? How can man go forward while constantly achieving a blend between what he is, what he possesses, and the unknown, the foreign? How can that moment be found again, deep inside all men, when Man’s primordial instinct rubbed shoulders with animals’ original instincts?

 

Josef Nadj – october 1994

History :

 

7-8 décembre 2000

Scène nationale d’Orléans

Orléans (FR)

 

26-27 avril 1996

Springdance Festival Stadschouwbourg

Utrecht (NL)

 

13-14 avril 1996

Altenburg Gerta Theater

Gera (DE)

 

23 janvier 1996

Théâtre Onyx

Nantes (FR)

 

15 décembre 1995

Maison des Congrès et de la Culture

Clermont-Ferrand (FR)

 

7 novembre 1995

Centre Culturel la Rive Gauche

Saint-Étienne-de-Rouvray (FR)

 

9 septembre 1995

Oriente-Occident

Rovereto (IT)

 

5 juin 1995

Institut Français

Bratislava (SK)

 

28 mai 1995

Centre Culturel Français

Ljubjlana (SI)

 

23 mai 1995

Centre Culturel Français

Nova Gorica (SI)

 

20 mai 1995

Institut Français

Budapest (HUN)

 

13 mai 1995

La Filature

Mulhouse (FR)

 

5 mai 1995

La Ferme du Buisson

Noisiel (FR)

 

31 mars 1995

Théâtre Toursky

Marseille (FR)

 

21-22 mars 1995

Théâtre Garonne

Toulouse (FR)

 

10 mars 1995

Espace Olivier Carol, Scène nationale de Foix

Foix (FR)

 

7 mars 1995

La Passerelle

Saint-Brieuc (FR)

 

15 février 1995

La Coursive Scène nationale de La Rochelle

La Rochelle (FR)

 

20 janvier 1995

TNDI

Ollioules (FR)

 

12-14 janvier 1995

Théâtre de Singel

Anvers (BE)

 

14-22 décembre 1994

Théâtre de la Ville

Paris (FR)

 

novembre  1994

Scène nationale d’Orléans

Orléans (FR)


Josef Nadj - Woyzeck

Woyzeck ou l'ébauche du vertige

Woyzeck or the hint of vertigo

 

Free adaptation of Woyzeck de Georg Büchner

 

Choregraphy

Josef Nadj

 

Performers (creation)

Guillaume Bertrand, Istvan Bickei, Denes Debrei, Samuel Dutertre or Franck Micheletti, Peter Gemza, Josef Nadj, Henrieta Varga

 

Performers (new versions)

István Bicskei, Dénes Döbrei, Gyula Francia, Péter Gemza, János Mercs, Josef Nadj, Henrietta Varga

 

Music

Aladar Racz

 

Lights & technical direction

Raymond Blot

 

Coproduction

Théâtre National de Bretagne – Rennes, Centre chorégraphique national d’Orléans

 

Creation

Théâtre National de Bretagne – Rennes, march 1994

 

Duration

60 min

 

Prize

Audience’s prize at 32e BITEF Festival in 1998 ; “Golden Mask” for best foreign performance  Masque d’or » in Russia in 2002

Alone among Josef Nadj’s works, Woyzeck ou l’Ébauche du vertige [Woyzeck or The hint of vertigo] is explicitly based on a dramatic text. Nevertheless, that text is a work under construction, or as Jean-Christophe Bailly wrote, “a form in evolution, stopped dead by the death of the author”. The manuscript Georg Büchner left behind is in fact composed of four distinct versions, four “rough drafts”, each more or less long, complete, consistent, detailed and super-imposable.

 

Rather than isolate one version, rather than arbitrarily extract a single linear account from these scattered fragments, Nadj cultivated their unfinishedness – and the repetitive character they give off. He hollowed out the text, disunited it even further, bringing out the author’s “voice” and his obsessive questioning of human nature and the inexorable march of destiny. Moreover Nadj has drawn a connection between Büchner’s precocious death and the madness that inhabited him at the end of his life with two key components of the drama: the crime of passion committed by the character Woyzeck, and the unbearable pressure exerted upon him – a process of dehumanisation leading him to madness and murder. In Nadj’s Woyzeck, tragedy has really taken place.

In a possible echo of the fratricidal war that tore Yugoslavia apart at the time of the piece’s creation (1993-1997), Nadj’s reading offers a vision of decomposition gradually gaining the bodies and minds.
Woyzeck ou l’Ébauche du vertige is crude, trivial, organic, a piece that has been skinned alive, where nevertheless a climate of burlesque reigns. Confined in a restrained space, misshapen beings, almost human in appearance, abandon themselves to their cruel play against a background of festive music.

 

Myriam Bloedé, translated into English by David Vaughn

Woyzeck or the hint of vertigo - by Jean-Christophe Bailly

This truth, first of all - known and recognised, but always forgotten : that Woyzeck is an unfinished tragedy, the state of a constantly evolving shape that the author’s death brought to an abrupt halt. Not a play in fragments, but a play in pieces : for the whole of pieces is not that of fragments, it is less noble, it has not lain in science and does not form itself into a network but piles itself up in a simple way, one stratum after another. Pieces displayed, piled up on the stage, here and there...

 

The voices talking in Woyzeck talk amidst the insanity that the law should not (or no longer) exist and that, for the poor, the place of the law should be taken by nature, but like an empty space : bottles drunk in cabarets, animals gleams in the night. Since it is written before « the poor » form themselves (or are formed) into revolutionary subjects - thus before they gather around a law or whatever can take the place of the law - the story of Woyzeck and Marie, although it is situated from a historical point of view, and even situation in the rat-hole of low sky Vormäz, in Germany, is beyond any heroic agitation, and beyond any biased or edifying recitation.

 

Jean-Christophe Bailly

History :

 

27 mars 2018

THÉÂTRE THÁLIA

Košice (SK)

 

25 février 2018

Théâtre Csokonai

Debrecen (HG)

 

7-9 juin 2014

International Platonov Festival

Voronezh (RU)

 

21-23 février 2014

National Chiang Kai-Shek Cultural Center

Taipei (TWN)

 

12 octobre 2013

ATER

Prato (IT)

 

8-9 octobre 2013

Centre Culturel André Malraux

Vandœur-les-Nancy (FR)

 

21 juillet 2013

Festival d’Avignon, Opéra Grand Avignon

Avignon (FR)

 

19 octobre 2012

Maison des Arts Thonon – Evian Théâtre Novarina

Thonon-les-Bains (FR)

 

15 octobre 2011

Festival PerformDance

Venise (IT)

 

11-12 octobre 2011

Festival PerformDance

Alessano (IT)

 

11 janvier 2011

Théâtre de la Madeleine

Troyes (FR)

 

7 décembre 2010

Hungarian Theatre of Cluj

Cluj (ROM)

 

26 novembre 2010

Les théâtres de la ville de Luxembourg

Luxembourg (LUX)

 

20 octobre 2010

Centre Culturel Jean Gagnat

Limoges (FR)

 

22 avril 2010

La pléade

La Riche (FR)

 

13 mars 2010

L’Avant Scène

Cognac (FR)

 

10 mars 2010

Théâtre d’Aurilac

Aurilac (FR)

 

5 février 2010

Espace 1789

Saint-Ouen (FR)

 

18-19 juillet 2009

Corso Film Theater

Ludwigshafen (DE)

 

7-8 novembre 2009

Teatro Linea de Sombra

Mexico (MEX)

 

18-19 juillet 2009

International Kalamata Dance Festival

Kalamata (GR)

 

26-29 novembre 2008

Scène Nationale d’Orléans

Orléans (FR)

 

6-7 novembre 2008

Festival EuroScene

Leipzig (DE)

 

22-23 avril 2008

L’Hippodrome Scène Nationale de Douai

Douai (FR)

 

29-30 novembre 2007

Théâtre en Dracénies

Grasse (FR)

 

20 novembre 2007

Théâtre du gymnase

Marseille (FR)

 

16 novembre 2007

Forum Meyrin

Génève (CH)

 

25 mai 2007

Circuits Scène conventionnée Centre Cuzin

Auch (FR)

 

22 mai 2007

Théâtre du Beauvaisis

Beauvais (FR)

 

20-21 septembre 2006

Csokonai Théâtre

Debrecen (HUN)

 

4-5 mai 2006

Théâtre de Cavaillon

Cavaillon (FR)

 

10 mars 2006

Théâtre d’Albi

Albi (FR)

 

16-17 juin 2005

Kuopio Dance Festival

Kuopio (FI)

 

10-11 mai 2005

Teatro Canovas

Malaga (ES)

 

7-8 mai 2005

Teatro Tamajo

Grenade (ES)

 

30 mars – 1er avril 2005

Comédie de Clermont-Ferrand

Clermont-Ferrand (FR)

 

20 janvier 2005

Théâtre de Vanves

Vanves (FR)

 

8-9 juin 2004

Festival Modern Dance Theatre – Théâtre Comhouria

Le Caire (EGY)

 

6 avril 2004

Théâtre Mac-Nab

Vierzon (FR)

 

12 mars 2004

CDN de Normandie Comédie de Caen

Caen (FR)

 

13 février 2004
Oloron-Sainte-Marie (FR)

 

11 février 2004

Théâtre de Feu

Mont-de-Marsan (FR)

 

6 février 2004

Théâtre de Cahors

Cahors (FR)

 

24 janvier 2004

Théâtre d’Evora

Evora (PT)

 

20-21 janvier 2004

CC de Belem

Lisbonne (PT)/span>

 

16-17 janvier 2004

Théâtre de Viriato

Viseu (PT)/span>

 

4 décembre 2003

La ferme de Bel Ebat

Guyancourt (PT)

 

2 décembre 2003

Centre Culturel Aragon Triolet

Orly (FR)

 

24 novembre 2003

Théâtre Firmin Gémier

Antony (FR)

 

22 novembre 2003

Théâtre de Châtillon

Châtillon (FR)

 

20 novembre 2003

Arc-en-Ciel Théâtre de Rungis

Rungis (FR)

 

18 novembre 2003

La Rotonde Scène Nationale de Sénart

Sénart (FR)

 

4 février 2003

Théâtre de Chartres

Chartres (FR)

 

22-23 novembre 2002

Centre Culturel Français de Moscou

Moscou (RU)

 

13 novembre 2002

Centre Culturel Français de Saint-Petersbourg

Saint-Petersbourg (RU)

 

20-21 septembre 2002

Théâtre Municipal de Bruges

Bruges (BE)

 

30 avril 2002

Teatro Juan de la Encina

Salamanca (ES)

 

28 avril 2002

Teatro Juan Bravo

Segovia (ES)

 

27 avril 2002

Teatro Principal

Burgos (ES)

 

26 avril 2002

Palacio de la Audencia

Soria (ES)

 

24 avril 2002

Teatro Gayarre

Pamplona (ES)

 

23 avril 2002

Teatro Principal

Vitoria (ES)

 

21 avril 2002

Auditorio Angel Barja

Leon (ES)

 

20 avril 2002

Teatro Ambigu

Valladolid (ES)

 

12 mars 2002

Le Cadran

Briançon (FR)

 

8-9 mars 2002

Atelier du Rhin

Colmar (FR)

 

14 février 2002

Teatro Bonci

Cesena (IT)

 

12 février 2002

Teatro Gustavo da Modena

Genova (IT)

 

8-10 février 2002

Teatro Delle Passioni

Modena (IT)

 

6 février 2002

Teatro Zanon

Udine (IT)

 

22-23 janvier 2002

Théâtre Jean Vilar

Vitry-sur-Seine (FR)

 

31 mai et 1er juin 2001

CNCDC

Châteauvallon (FR)

 

17 mai 2001

Mais du Théâtre et de la Danse

Épinay-sur-Seine (FR)

 

13 avril 2001

Le Vivat d’Armentières

Armentières (FR)

 

3 mars 2001
Vandœuvre (FR)

 

31 janvier et 1er février 2001

Deutsches Nationaltheater E-Werk

Weimar (DE)

 

8 novembre 2000

Théâtre dramatique russe de Lituanie

Vilnius (LT)

 

5 novembre 2000

Nouveau Théâtre de Riga

Riga (LVA)

 

1er novembre 2000

Centre culturel français de Tallinn

Tallinn (EST)

 

1er novembre 2000

Centre culturel français de Tallinn

Tallinn (EST)

 

5-7 septembre 2000

Séoul Theatre Festival Munye Theatre

Séoul (KOR)

 

18-19 juillet 2000

Freiburger Theaterfestival E-Werk

Freiburg (DE)

 

3 juin 2000

Théâtre

Remscheid (DE)

 

16 avril 2000

Posthof

Linz (AUT)

 

23-25 mars 2000

Le Maillon

Strasbourg (FR)

 

10 mars 2000

Théâtre Municipal La Saint Gaudingue

Saint-Gaudens (FR)

 

9 mars 2000

Scène Nationale de Foix

Foix (FR)

 

16-17 février
Osaka (JP)

 

9-13 février 2000

Setagaya Public Theatre

Tokyp (JP)

 

18-29 janvier 2000

Théâtre de la Bastille

Paris (FR)

 

4 décembre 1999

La Fabrique

Meung-sur-Loire (FR)

 

31 mai et 1er juin 1999

Scène Nationale d’Orléans

Orléans (FR)

 

23-24 avril 1999

Théâtre de l’Espace

Besançon (FR)

 

27-30 janvier 1999

Hong Kong Arts Festival

Hong-Kong (CHN)

 

19-22 janvier 1999

Sydney Festival

Sydney (AUS)

 

9-12 janvier 1999

Mime Festival

Londres (UK)

 

15-19 décembre 1998

Théâtre Garonne

Toulouse (FR)

 

16 octobre 1998

Les Rencontres d’Octobre

Liège (BE)

 

25-27 septembre 1998

Festival International de Théâtre Bitef Teatar

Belgrade (SRB)

 

22-26 août 1998

Festival Internactional de Teatro

Belo Horizont (BR)

 

17-19 juillet 1998

Internationale Tanz Wochen

Vienne (AUT)

 

12-14 juin 1998

Siges Teatre Internacional Teatro Mercat

Sitges (ES)

 

4-6 avril 1998

Festival Iberoamericano de Teatro de Bogota

Bogota (COL)

 

4-7 février 1998

La Filature

Mulhouse (FR)

 

23 octobre 1997

International Theatre Festival

Sarajevo (BIH)

 

13-21 juillet 1997

Chapelle des Pénitents Blancs Festival d’Avignon

Avignon (FR)

 

5-6 juillet 1997

Van Baasbank & Baggerman

Amsterdam (NL)

 

5-6 juin 1997

Israël Festival

Jerusalem (IL)

 

9-10 mai 1997

Mousonturm

Francfort (DE)

 

28 mars 1997

Théâtre Municipal de Privas

Privas (FR)

 

25-26 mars 1997

Théâtre de la Croix Rousse

Lyon (FR)

 

15-16 février 1997

Berliner Festspiele

Berlin (DE)

 

21-22 janvier 1997

De Singel

Anvers (BE)

 

17-18 janvier 1997

Institut français de Vienne

Vienne (AUT)

 

14 janvier 1997

Centre culturel Jean Gagnant

Limoges (FR)

 

7-10 novembre 1996

Festivales de Madrid

Madrid (ES)

 

18-19 juin 1996

Théâtre Archa

Prague (CZ)

 

2 mars 1996
Tulles (FR)

 

27-28 février 1996

New Moves

Glasgow (UK)

 

26-29 janvier 1996

Teatri di Vita

Bologne (IT)

 

3 juin 1995

Institut Français de Bratislava

Bratislava (SK)

 

26 mai 1995

Centre Culturel Français de Ljubljana

Ljubljana (SI)

 

17-18 mai 1995

Centre Culturel Français de Hongrie

Budapest (HUN)

 

mars 1994

Théâtre National de Bretagne

Rennes (FR)


Josef nadj, Les échelles d'Orphée

Les échelles d’Orphée

A piece by Josef Nadj based on the collection of poems Songs of Wilhem by Otto Tolnaï

 

Choregraphy

Josef Nadj

 

Performers

Istvàn Bicskei, Denes Dobrei, Laszlo Hudi, Josef Nadj, Gianfranco Poddighe, Jozsef Sarvari, Gvork Szakonvi, Kathleen Reynolds, Cécile Thieblemont, Léa Tolnaï

 

Music

Stevan Kovac Tickmayer

 

Performed by

Laura Levaï-Aksin/Flûte, Branislav Aksin/Trombone, Sasa Dragovic/Trompette, Stéphane Gautier/Basson, Stevan Kovac Tickmayer/Claviers et basse, Nikola Srdic/Clarinette, Milan Vrsajkov/Violoncelle

 

Lights

Rémi Nicolas

assisted by Victor Corolleur

 

Scenography

Goury

assisted by Michel Tardif

 

Costumes

Catherine Rigault

assisted by Frédérique Guillard

 

Technical director

Jean-Guy Porché

 

Set manager

Daniel Larue

 

Stage manager

Michel Tardif

 

Lights operator

Gérard Hallot

 

Sound operator

Hervé Stauch, Christophe Quétard

 

Machinists

Frédéric Assailly, Alain Larue, Michel Martel, Rodolphe Noret

 

Dresser

Nicole Larue

 

Accessories

Jean-Claude André

 

Production

Théâtre JEL

 

Coproduction

Centre de Production Chorégraphique d’Orléans, Théâtre de la Ville -Paris, Festival d’Avignon, Maison de la Culture – Chambéry, CAC – Annecy, La Coursive’ – La Rochelle, Les Gémeaux – Sceaux, L’Espace des Arts – Chalon sur Saône, L’Hippodrome – Douai, Conseil Général des Hauts de Seine

 

Creation

Carré Saint-Vincent – Orléans, june 1992

 

Duration

1h20

History :

 

20 janvier 1994

L’Arsenal

Metz (FR)

 

9 décembre 1993

Maison de la Culture et de la Communication

Saint-Etienne (FR)

 

16 novembre 1993

Art Danse Bourgogne

Châlons-sur-Saône (FR)

 

12 juin 1993

La Filature

Mulhouse (FR)

 

20 février 1993

Fondation Châteauvallon

Ollioules (FR)

 

18 février 1993

Le Théâtre Le Bel Image

Valence (FR)

 

12 févier 1993

Scène nationale Bonlieu

Annecy (FR)

 

29 novembre-12 décembre 1992

Théâtre de la Ville

Paris (FR)

 

6 octobre 1992

Les Gémeaux

Sceaux (FR)

 

5-6 septembre 1992

Fondation Galouste Gulbenkian

Lisbonne (PT)

 

15-17 juillet 1992

Théâtre municipal Festival d’Avignon (annulé pour grève)

Avignon (FR)

 

9-11 juillet 1992

Stadsschouwburg

Amsterdam (NL)

 

23-24 juin 1992

Theaterhaus Krems

Vienne (AT)

 

juin 1992

Carré Saint-Vincent

Orléans (FR)


Josef Nadj - Comedia Tempio

Comedia tempio

A piece for 10 performers in tribute to the life and work of Géza Csáth

 

Choregraphy

Josef Nadj

 

Performers

Guillaume Bertrand, Istvan Bickei, Denes Debreï, Peter Gemza, Mathilde Lapostolle or Kathleen Reynolds, Nasser Martin-Gousset, Josef Nadj, Laszlo Rokas,  Gyork Joseph Szakonyi, Cécile Thiéblemont

 

Music

Stevan Kovac Tickmayer

 

Lights

Rémi Nicolas

assisted by Raymond Blot

 

Scenography

Goury

 

Costumes

Catherine Rigault

assisted by Sylvie Régnier

 

Production 

Théâtre JEL

 

Coproduction

Centre Chorégraphique National d’Orléans, Théâtre de la Ville – Paris, Festival d’automne – Paris, Hebbel theater – Berlin, Les Gémeaux Scène Nationale –Sceaux

 

Support

Alpha-FNAC

 

Creation

Orléans, november 1990

 

Duration

1h20

 

Prize

Critic’s prize at the Mimos Festival in 1995

Created in the early 90’s, Comedia Tempo is an unforgettable performance. Timeless, but with a strong aesthetic stance, it is a key work in Josef Nadj’s career.

 

To write this play, choreograph Josef Nadj burrowed into the life of Hungarian writer Géza Csáth, an opium-user who died at the age of 32. While the overall atmosphere of the performance is bleak, the situations created by the dancing are often burlesque, without delving too much into the darkness of the narrative. The performers slip into very serious three-piece suits before rushing into pantomimic gestures infused with acrobatics. The set-design, made of hatches, windows, fences, and effects of appearance and disappearance, has an impact on the bodies on stage, which have to adapt, twist or shrink themselves down. Bodies are carried, towed away, as if they had to escape an overbearing destiny. One situation follows the next, as if in a dream in which speech had been banished, but where the condition of the bodies reveal a community’s struggle to live.

 

N. Yokel

History :

 

4 mai 2007

Centre culturel Louis Escande Scène nationale de Mâcon

Mâcon (FR)

 

26 avril 2007

Théâtre de Sartrouville

Sartrouville (FR)

 

6 mars 2007

Théâtre de Cornouaille

Quimper (FR)

 

16-17 janvier 2007

Le Manège de Reims

Reims (FR)

 

12 mai 2006

Maison de la Culture

Bourges (FR)

 

28-30 avril 2006

Mercat de las Florès

Barcelone (ES)

 

3 février 2006

Théâtre Toursky

Marseille (FR)

 

16 décembre 2005

Théâtre de St Quentin en Yvelines

St Quentin en Yvelines (FR)

 

21-23 octobre 2005

Festival Novel Hall

Taipei (TW)

 

13-14 mai 2005

Teatro Centro

Seville (ES)

 

10 mars 2005

L’Esplanade

St Etienne (FR)

 

3 février 2005

Le Manège

Maubeuge (FR)

 

29 janvier 2005

Centre Culturel Louis Aragon

Tremblay en France (FR)

 

2-4 novembre 2004

Teatro de Madrid

Madrid (ES)

 

26-29 mars 2004

Festival international du théâtre de Bogota

Bogota (CO)

 

27-28 janvier 2004

Théâtre de Nîmes

Nîmes (FR)

 

6 décembre 2003

Théâtre Paul Elouard

Bezons (FR)

 

29 novembre 2003

Maison de la Musique

Nanterre (FR)

 

27 novembre 2003

Théâtre Romain Rolland

Villejuif (FR)

 

3 février 2002

ATER

Trento (IT)

 

18-20 janvier 2002

London International Mime Festival

Londres (UK)

 

13+14 février 2001

Théâtre de l’Union

Limoges (FR)

 

26-27 octobre 2000
Bruxelles (BE)

 

4 mai 2000

Espace des Arts

Chalon-sur-Saône (FR)

 

16 novembre 1999

Théâtre de Gironde

Saint-Médard (FR)

 

2-3 juin 1999

Scène nationale d’Orléans

Orléans (FR)

 

8 octobre 1998

ATER Teatro Reggio

Turin (IT)

 

21 juillet 1998

Wiener Burgtheater TanzWochen Wien

Wien (AT)

 

10-11 juillet 1998

Reithalle Internationales Donaufest

Ulm (DE)

 

2-3 septembre 1995/span>

Karlskaserne Reithalle Ludwigsburger Schlobfestspiele

Ludwigsburg (DE)

 

7 août 1995

Mimos Festival

Périgueux (FR)

 

15 mai 1995

Festival Dance 95 Institut Français de Munich

Munich (DE)

 

6 mai 1994

Scène nationale de Bayonne

Bayonne (FR)

 

17 décembre 1993

Association pour le développement culturel de Gap et des Hautes-Alpes

Gap (FR)

 

2 décembre 1993

Maison de la Culture Scène nationale d’Amiens

Amiens (FR)

 

15-16 octobre 1993

Nouveau Théâtre d’Angers

Angers (FR)

 

29 novembre 1992

12 décembre 1992 – Théâtre de la Ville

Paris (FR)

 

18 novembre 1992

Theaterfestival Euro-Scene

Leipzig (DE)

 

2 novembre 1992

Institut Français de Prague

Prague (CZ)

 

30 octobre 1992

Institut Français Théâtre national de Bratislava

Bratislava (SK)

 

27 octobre 1992

Institut Français Operett Szinhazz

Budapest (HU)

 

17 octobre 1992

Institut Français Théâtre national de Bucarest

Bucarest (RO)

 

24-25 juillet 1992

Festival Mittelfest

Udine (IT)

 

21-23 mai 1992

The Israel Festival

Jerusalem (IS)

 

21 janvier 1992

Le Manège

Maubeuge (FR)

 

18 janvier 1992

L’Onyx

Nantes (FR)

 

14 janvier 1992

Scène nationale de Cergy-Pontoise

Cergy-Pontoise (FR)

 

11 janvier 1992

Scène nationale de Mâcon

Mâcon (FR)

 

19 décembre 1991

L’Arsenal

Metz (FR)

 

12-15 décembre 1991

De Singel

Anvers (BE)

 

6 décembre 1991

L’Hippodrome

Douai (FR)

 

30 novembre – 2 décembre 1991

Théâtre Garonne

Toulouse (FR)

 

30 novembre 1991

Scène nationale d’Angoulême

Angoulême (FR)

 

16 novembre 1991

Le Parvis

Tarbes (FR)

 

13 novembre 1991

Grand Théâtre de Saint-Etienne

Saint-Etienne (FR)

 

8 novembre 1991

Le Moulin du Roc

Niort (FR)

 

17-19 septembre 1991

Hebbel Theater

Berlin (DE)

 

11 septembre 1991

Festival d’Hannover

Hanovre (DE)

 

1er-3 septembre 1991

Zürcher Theater Spektakel

Zürich (CH)

 

8 juillet 1991

Festival Danse à Aix

Aix-en-Provence (FR)

 

28-29 juin 1991

No Donaufestival

Vienne (AT)

 

17 mai 1991

TNDI Fondation Chateauvallon

Ollioules (FR)

 

8 mai 1991

Teatro Petruzelli

Bari (IT)

 

20 avril 1991

Théâtre Le Bel Image

Valence (FR)

 

16 avril 1991

Le Quartz

Brest (FR)

 

12 avril 1991

Théâtre de Caen

Caen (FR)

 

10 avril 1991

Le Volcan

Le Havre (FR)

 

29 mars 1991

Centre d’Action Culturelle Jean Renoir

Dieppe (FR)

 

21 mars 1991

Le Grand Huit

Rennes (FR)

 

5 mars 1991

Dance Week Festival Théâtre Istra

Zagreb (HR)

 

3 mars 1991

Linhart Hall Cankarjev Dom

Ljubjlana (SI)

 

24-25 février 1991

Nactional Theatre

Subotica (SRB)

 

8-10 février 1991

Hebbel Theater

Berlin (DE)

 

2 février 1991

Ferme du Buisson

Noisiel (FR)

 

29 janvier 1991

Les Gémeaux

Sceaux (FR)

 

11-15 décembre 1990

Théâtre de la Ville

Paris (FR)


Josef Nadj - La mort de l'empereur

La mort de l’Empereur

The Emperor’s death

 

Musical drama

 

Choregraphy

Josef Nadj

 

Performers

Joszef Sarvari – The Emperor

Denes Debrei – The Fool

Marie-Hélène Mortureux – The little Saint

Gyork Szakonyi – The Doctor

Laszlo Hudi – The Magician

Kathleen Reynolds & Cécile Thieblemont – The women

Frédéric Lescure & Josef Nadj – The servants, The Philosophers

 

Music

Gyôrgy Szabados

 

Performed by

the musicians of MAKUZ from Budapest:

The Court orchestra
Tamàs Kis Kobzos/Vocal
Istvàn Grencso/Saxo, flute, clarinet
Mihàly Dresch/Saxo, flute, bass clarinet
Zsolt Vasko/flute, piccolo
Ferenc Kovacs/trumpet
Miklos Mako/trumpet
Robert Benko/bass
Attila Lorinczky/bass
Tamàs Geroly/percussion
Istvàn Balo/percussion
Gyorgy Szabados/piano

 

Libretto

Gyula Kodolanyl

 

Lights

Rémi Nicolas

assisted by Sylvie Vautrin

 

Scenography

Goury

 

Costumes

Catherine Rigault

 

Technical direction

Benoit Madelin

 

Light engineer

Raymond Blot

 

Stage manager

Michel Tardif

 

Production

Théâtre JEL

 

Coproduction

Le Quartz- Brest, Théâtre de la Ville – Paris, L’Hippodrome – Douai, Centre de Production Chorégraphique – Orléans

 

Supports

Fondation Beaumarchais – SACD, Alpha-Fnac

 

Creation

Le Quartz – Brest, november 1989

“There will never be a common identity between ideas and their potential implementation, for Man is only capable of designing and struggling within the limits of his mind. When God creates.”

 

“Evil spirits from the tales of ancient China come to life again, in the theatrical ritual of an impostor, where everything is illusion, mystification, duplication and simulation. Gathered around the fake emperor, a madman, a saint, a doctor and a magician weave, with the emperor’s courtiers, the frame of an imaginary chronicle, outside the boundaries of time.”

History :

 

8-10 août 1990

Festival Szene

Salzbourg (AT)

 

3-4 août 1990

Kampnagel Sommertheater

Hambourg (DE)

 

9 juillet 1990

TNDI Fondation Chateauvallon

Ollioules (FR)

 

20 juin 1990

L’Arsenal

Metz (FR)

 

12-16 juin 1990

Théâtre de la Ville

Paris (FR)

 

8 juin 1990

Centre d’action culturelle Pablo Neruda

Corbeille-Essonne (FR)

 

30 mai-1er juin 1990

De Singel

Anvers (BE)

 

6 décembre 1990

Carré Saint Vincent

Orléans (FR)

 

1er décembre 1990

L’Hippodrome

Douai (FR)

 

9-10 novembre 1989

Le Quartz

Brest (FR)


Sept peaux de rhinocéros

Seven Rhinoceroses’s skins

 

Choregraphy

Josef Nadj

 

Performers

Gérard Gourdot, Laszlo Hudi, Marie-Hélène Mortureux, Josef Nadj,  Kathleen Reynolds, Laszlo Rokas, Joszef Sarvari, Silvia Sella, Gyork Szakonyi

 

Music

Hélène Sage with the participation of Laloux (percussions)

 

Additionnal musics

Arvo Part & Ganelin

 

Lights

Pierre Jacot-Descombes

 

Set & costumes

Goury

assisted by Jean-Yves Bouchicot (set)

and by Marie-Christine Merzereau (costumes)

 

Technical direction

Benoit Madelon

 

Light operator

Raymond Blot

 

Stage manager

Jean-Claude André

 

Production

Théâtre JEL

 

Coproduction

Théâtre de la Ville – Paris, Centro di Produzione Inteatro – Polverigi

 

Preview showing

Festival de Polverigi (Italie) – juillet 1988, with the support of A.F.A.A

 

Creation

Carré Saint-Vincent – Orléans, 24 novembre 1988

Danse macabre

 

“I, myself, am war”

 

Georges Bataille

 

 

“Nothing is more important than to preserve the fragility that is born out of suffering. We have all been maimed; our sensitivity itself has become one of the illness’ manifestations. The word for this illness is allergy. An allergy identifies itself with an organ, or with the whole of an organism, and introduces itself in the skin or in a pathologically hypersensitive nervous system. Something there takes it to be the substance of normal life, and it collapses within us. One can only choose between the skin of the rhinoceros and the allergy.”

 

Bela Hamvas

 

 

Fear of death, and death itself, is the knowledge most widely shared between men. In this sense, confrontation with the invincible power of death becomes a spiritual act, it constitutes our initiation. I myself received it from the tales of my grandfather, and from his own death; from the basic, stunned fear he had during the war of meeting his end there and then, just like that.

Just before his death, he danced his passage to the afterlife for me. It was a dance of pale, discolored trances, a farce on the earthly qualities of men as well as the ritual of a decaying body. He must have wanted, surely, to make his coming death seem lighter thus. For me, this dance came to be a learning process, the transmission of his supreme knowledge.

His death was terrible. His passing took place in a state of great agitation and turbulence, and his agony took 7 days. He was losing his voice, and his voice continued to tell stories. I couldn’t bear hearing them any more, those stories he needed to get rid of, but I understood them, because every day I slid into that pathological fragility he was engulfed in by tearing away skin after skin of indifference.

The agony took 7 days. The play recounts these stories.

 

Josef Nadj

History :

 

4 février 1992

Ville de Caen

Caen (FR)

 

26-27 novembre 1991

Théâtre Garonne

Toulouse (FR)

 

21 novembre 1991

Centre culturel de Foix

Foix (FR)

 

19 novembre 1991

Centre culturel Ibos

Ibos (FR)

 

26-27 septembre 1991

Festival international de Nouvelle Danse

Montréal (CND)

 

12 février 1991

L’Hippodrome

Douai (FR)

 

12-13 août 1990

Hamburger Theaterfestival

Hambourg (DE)

 

18 mai 1990

Centre d’animation culturelle

Compiègne (FR)

 

11 mai 1990

Théâtre Limelight

Courtrai (BE)

 

4 mai 1990

Théâtre 71

Malakoff (FR)

 

27-28 avril 1990

Le Maillon

Strasbourg (FR)

 

4-7 avril 1990

Istituto Municipal Barcelona Espectaculos

Barcelone (ES)

 

23 mars 1990

Maison des Arts et Loisirs

Thonon-les-Bains (FR)

 

13 mars 1990

L’Espace Duchamp Villon

Rouen (FR)

 

10 mars 1990

Palais des Congrès et de la Culture

Le Mans (FR)

 

8 mars 1990

Centre socio-culturel de Beaulieu

Poitiers (FR)

 

6 mars 1990

Centre d’Action culturelle

Saint-Médard-en-Jalles (FR)

 

6 mars 1990

Le Moulin du Roc

Niort (FR)

 

1er mars 1990

Théâtre d’Angoulême

Angoulême (FR)

 

8-26 février 1990

The Festival of Perth

Perth (AUS)

 

3 février 1990

Centre culturel Leonard de Vinci

Feyzin (FR)

 

1er février 1990

Espace Malraux

Chambéry (FR)

 

26 janvier 1990

Centre culturel du Rallye Drouot

Mulhouse (FR)

 

24 janvier 1990

Grand Théâtre de Bourges

Bourges (FR)

 

20 janvier 1990

Centre d’Actions culturelles La Coupole

Combs-la-Ville (FR)

 

16 janvier 1990

Théâtre la Limousine

Limoges (FR)

 

11 janvier 1990

Théâtre Municipal

Saint-Quentin (FR)

 

4 août 1989

7e Festival international du Mime

Périgueux (FR)

 

8-10 juin 1989

The Israel Festival

Jerusalem (IS)

 

7 mai 1989

Festival internacional de Teatro

Grenade (ES)

 

20 avril 1989

Festival Springdance 89

Utrecht (NL)

 

11-12 avril 1989

Maison de la Danse

Lyon (FR)

 

3 février 1989

Les Gémeaux

Sceaux (FR)

 

26-29 janvier 1989

De Singel

Anvers (BE)

 

13-18 décembre 1988

Théâtre de la Ville

Paris (FR)

 

24 novembre 1988

Centre Chorégraphique National d’Orléans

Orléans (FR)

 

5 au 15 novembre 1988

Centre culturel Français

Belgrade (SRB)

 

6 octobre 1988

La Boîte à Musique

Auch (FR)

 

2-4 septembre 1988

Theater Spektakel

Zurich (CH)

 

19-21 août 1988

Stadtkino

Salzbourg (AT)

 

2-15 août 1988

Halle K6

Hambourg (DE)

 

11-12 juillet 1988

Festival di Milano

Milano (IT)

 

6-7 juillet 1988

Festival Internazionale Inteatro

Polverigi (IT)


Canard Pékinois

Pekingese duck

 

Choregraphy

Josef Nadj

 

Performers (creation 1987)

Thierry Bae, Gérard Gourdot, Lazslo Hudi, Marie-Hélène Mortureux, Josef Nadj, Kathleen Reynolds, Gyork Szakonyi

 

Performers (reworking 1995)

Denes Debrei, Peter Gemza, Mathilde Lapostolle, Yvan Mathis, Franck Micheletti, Josef Nadj, Cynthia Phung-Ngoc

 

Scenography

Goury Strelnikov

 

Lights

Pierre Jacot-Descombes

 

Stage manager

Denis Arlot

 

Creation

Théâtre de la Bastille – march 1987

 

Supports

Institut Français de Budapest, Théâtre Szkene, Association pour une entraide intellectuelle européenne (Paris)

Canard Pékinois is an evening at a table. All the actors at that table dream of leaving and of the most exotic dinner imaginable, which is another way of wishing for a departure. When China was the USSR’s bete noire, how did Yugoslavia, Hungary imagine it ?

 

Canard Pékinois evokes this otherland, unattainable because of the political context at the time. But the actors on stage do not possess the resources necessary to conjure up a realistic experience of this elusive territory, a sensation for it. Their personal experiences and History itself take the place of their desire. The roles they play come between, confine them, and tension builds, increasingly dramatic. Dinner will never take place. But the dream of the Canard Pékinois remains, a pretext for getting together, over and over again, to talk about leaving.

 

A short story to finish: between two world wars, a group of theatre amateurs in Kanijza decide to put up Princess Csardas. A number of performances take place and end, as they should, and all the actors return to their “normal” lives. A few weeks later and in the space of a few days, all the actors commit suicide till no one from the original cast of Princess Csardas is left alive. When this story is told in Kanijza, transmitted from generation to generation, it is always with a slightly grating laugh at the bottom of the throat.

History :

 

12 mars 2006

Teatro Gobetti (Extrait)

Torino (IT)

 

26 avril 1997
Suresnes (FR)

 

18 mars 1997
Sartrouville (FR)

 

6-7 février 1997
Besançon (FR)

 

23 novembre 1996

Centre Culturel Le Waux Hall

Nivelles (BE)

 

19-20 novembre 1996

Centre Culturel André Malraux

Vandœuvre-les-Nancy (FR)

 

19-20 octobre 1996

Kanagawa Arts Foundation

Yokohama (JP)

 

23-26 août 1996

Festival international di Artes Cenicas

Sao Paulo (BR)

 

22 juillet 1996

ImPuls Tanz

Vienne (AT)

 

2 mai 1996

Charleroi Danses

Charleroi (BE)

 

3-6 avril 1996

Théâtre de Champ Fleury

Saint-Denis-La-Réunion (FR)

 

29 mars 1996
Pithiviers (FR)

 

19 janvier 1996

Le Carré Magique

Lanion (FR)

 

17 novembre 1995

Maison de la Culture de Bourges

Bourges (FR)

 

14 novembre 1995

L’Arc-en-Ciel

Rungis (FR)

 

19-20 octobre 1995

Scène nationale d’Orléans

Orléans (FR)

 

9 février 1995

Théâtre de Bourg-en-Bresse

Bourg-en-Bresse (FR)

 

28 octobre 1994

Bonlieu Scène nationale d’Annecy

Annecy (FR)

 

11 mai 1994

Opéra de Montpellier

Montpellier (FR)

 

14 décembre 1993

Théâtre Granit

Belfort (FR)

 

4 décembre 1993

Scène nationale de Cherbourg

Cherbourg (FR)

 

3-30 novembre 1993
Tournée Île-de-France (FR)

 

29 octobre 1993

Art Danse Bourgogne Théâtre de Feuillants

Dijon (FR)

 

19 octobre 1993

Pôle Sud

Strasbourg (FR)

 

23 octobre 1992

Opéra de Timisoara

Timisoara (RO)

 

20 octobre 1992

Centre Culturel Français de Cluj

Cluj (RO)

 

29 janvier 1992

Théâtre Municipal de Roanne

Roanne (RO)

 

22-23 novembre 1991

Théâtre Garonne

Toulouse (RO)

 

15 novembre 1991
Pau (FR)

 

1-6 octobre 1991

Festival de Otono Théâtre Pradillo

Madrid (ES)

 

19-22 juin 1991

Dance Theater Workshop

New York (USA)

 

6-8 juin 1991

Jacob’s Pillow Dance Festival

Massachussetts (USA)

 

30 mai-1er juin 1991

The Boards

Seattle (USA)

 

23-25 mai 1991

New Art Connections Theater

San Francisco (USA)

 

5 avril 1991

Le Nouveau Théâtre de Châteauroux

Châteauroux (FR)

 

28 février 1991

Centre Culturel Français

Belgrade (SRB)

 

26 février 1991

National Theatre

Subotica (SRB)

 

2-3 septembre 1990

Aarhus Festuye Musikhuset

Aarhus (DK)

 

29-30 août 1990

Esbo Teater

Esbo (FI)

 

25-26 août 1990

Kulturhuset

Stockholm (SE)

 

9-10 août 1990

Hamburger Theaterfestival

Hambourg (DE)

 

6-7 juin 1989

The Israel Festival

Jerusalem (IS)

 

5 mai 1989

Festival Internacional de Teatro

Grenade (ES)

 

14-15 février 1989

The Place Theatre

Londres (UK)

 

24 février 1989

Centre Baulieu

Poitiers (FR)

 

31 janvier 1989

Centre Culturel Guldenberg

Courtrai (BE)

 

17 janvier 1989

Théâtre Municipal

Angoulême (FR)

 

6 janvier 1989

Théâtre Jacques Copeau

Saint-Etienne (FR)

 

20 novembre 1988

Studio Berthelot

Montreuil (FR)

 

15-16 septembre 1988

Salle Polyvalente

Lisbonne (PT)

 

19 juillet 1988

C.D.A.C. Hôtel de Ville

Martigues (FR)

 

3 mai 1988

La Rose de Vents

Villeneuve d’Asq (FR)

 

23 avril 1988

Lantaren/Venster

Rotterdam (NL)

 

22 avril 1988

Laktheater

Leiden (NL)

 

21 avril 1988

Toneelschuur

Haarlem (NL)

 

18-19 avril 1988

Akademietheater

Utrecht (NL)

 

16 avril 1988

Grand Theatre de Groningen

Groningen (NL)

 

27-28 novembre 1987

Théâtre de la Ville

Paris (FR)

 

mars 1987

Théâtre de la Bastille

Paris (FR)