D’après Canard Pékinois (1987)

 

 

Chorégraphie

Josef Nadj

 

Danseurs

EnKnapGroup – Luke Thomas Dunne (Royaume-Uni), Ana Štefanec Knez (Slovénie), Jeffrey Schoenaers (Belgique), Lada Petrovski Ternovšek (Croatie), Matea Bilosnić (Croatie), Gilles Noël (Belgique)

 

Musiques

Csík zenekar, Alain Mahé, Peter Vogel, Han Bennink

 

Lumières

Jaka Šimenc et Hotimir Knific

 

Costumes

Katarina Škaper réalisés par Atelje d.o.o.

 

Photos

Andrej Lamut

 

Production exécutive

Karmen Keržar

 

Régisseur général

Jaka  Šimenc

 

Construction

Španski Borci/EN-KNAP

 

Equipe technique

Leon Curk, Luka  Curk, Gal Škrjanec Skaberne, Omar Ismail, Hotimir Knific, Aleksander Plut, Špela Škulj

 

Directrice Španski Borci / programmes EN-KNAP Productions

Marjeta Lavrič

 

Directeur artistique Španski Borci / Directeur EN-KNAP Productions

Iztok Kovač

 

Production

EN-KNAP Productions

 

Co-production

Atelier 3+1

 

Création

Španski Borci Cultural Centre – Ljubljana, Slovénie – 10 avril 2018

 

Durée

65 min

Création 10 avril 2018 au Španski Borci Cultural Centre, Ljubljana, Slovénie

Disponible en tournée

 

En 2017, Iztok Kovač, directeur artistique du EnKnapGroup invite Josef Nadj à transmettre aux danseurs de la compagnie une partie de sa pièce fondatrice Canard Pékinois (1987). Suite à cette invitation et à sa rencontre avec les jeunes interprètes, Josef Nadj décide d’isoler un des motifs de l’œuvre originale – celui de l’union tragique – et crée une première version de 30 minutes. Après cette expérience réussie, Josef Nadj décide d’approfondir cette rencontre et propose aux danseurs du EnKnapGroup de créer un nouveau spectacle à part entière : Dark Union, d’après Canard Pékinois.

 

Au cœur de Dark Union se raconte l’histoire funeste d’un jeune mariage qui ne pourra vivre que quelques brefs moments de bonheur avant que l’impermanence de la vie ne le rattrape. Avec cette chorégraphie, Josef Nadj évoque toute la mélancolie de cette union malheureuse, devenue presque légendaire dans sa ville natale et dans laquelle deux relations se rencontrent et se dansent : celle d’un homme et d’une femme, et celle de la vie et de la mort.

 

Cette plongée dans les origines de son univers artistique marque aussi la naissance d’un nouveau cycle pour Josef Nadj qui se positionne hors du plateau pour confier sa chorégraphie à de jeunes interprètes.

 

*

 

« Cette pièce symbolise le chemin que j’ai parcouru en tant qu’artiste ; comme une  sorte de machine à remonter le temps. Lorsque Iztok Kovač m’a invité à collaborer avec le EnKnapGroup pour que je transmette une partie de Canard Pékinois aux danseurs de sa compagnie, je n’avais pas prévu de retourner sur la trace de mes débuts artistiques. Sa proposition a éveillé en moi le désir de retrouver la quintessence de mon premier spectacle, avec le temps et la distance des années. En 1987, je racontais une histoire dont j’avais été témoin dans ma ville natale de Kanjiža, celle d’un jeune couple séparé par la mort. C’est un motif cristallisé et intemporel – celui de l’union tragique – que je peins aujourd’hui dans cette nouvelle version qui s’écrit encore et toujours au présent. Ce n’est désormais qu’un fragment d’un ensemble bien plus grand. J’ai parfois l’impression que la pièce elle-même m’appelait pour être relue et que j’y insuffle toute l’expérience et le savoir que j’ai acquis depuis.

Le motif de la pièce est chargé d’une grande force et cela se lit dans le matériau dansé. L’expérience que nous avons réalisée avec le EnKnapGroup est comme un miracle : elle m’a rempli d’une énergie accrue. Et cela, en grande partie, grâce aux remarquables dispositions physiques et mentales des interprètes du EnKnapGroup. C’est ce qui a permis à cette rencontre de fonctionner.».

 

Josef Nadj, mars 2018

Disponible en tournée

 

Dates passées:

 

23 mai 2018

Španski Borci Cultural Centre

Ljubljana (SL)

 

28 avril 2018

Horizont Festival

Miskolc (HU)

 

10-11 avril 2018 (création)

Španski Borci Cultural Centre

Ljubljana (SL)