Chorégraphie

Josef Nadj

 

Interprètes

Djino Alolo Sabin, Timothé Ballo, Abdel Kader Diop, Aipeur Foundou, Irié Bi Jean Ronsard, Jean-Paul Mehansio, Sawadogo Sombewendin Marius, Boukson Séré

 

Collaboration artistique

Ivan Fatjo

 

Lumières

Rémi Nicolas

 

Régie générale

Sylvain Blocquaux

 

Coproduction

Les Nuits de Fourvière, Festival International de la Métropole de Lyon | Les Théâtres de la Ville de Luxembourg | Le Trident, Scène Nationale de Cherbourg-en-Cotentin | Charleroi danse, centre chorégraphique de Wallonie – Bruxelles | Le Grand Angle, Scène régionale du pays voironnais | CCNT, centre chorégraphique national de Tours | MC 93-Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis (en cours)

 

Soutiens

Ministère de la Culture – DRAC île de France | Angers – Centre National de Danse Contemporaine | CN D – Centre national de la danse | La Briqueterie – CDCN du Val-de-Marne (en cours)

 

Création

Festival Les Nuits de Fourvière – Lyon, 25-27 juin 2020

Car enfin, qu’est-ce que l’homme dans la nature ?
Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout. Infiniment éloigné de comprendre les extrêmes, la fin des choses et leur principe sont pour lui invinciblement cachés dans un secret impénétrable, également incapable de voir le néant d’où il est tiré, et l’infini où il est englouti.

Blaise Pascal, Pensées

 

 

Œil, regard, ce que l’on voit, vue et même spectacle : « omma », en grec ancien, nous dit tout cela à la fois. La nouvelle création de Josef Nadj, Omma renvoie à l’essentiel : regarder ce qui se passe sous nos yeux pour mieux voir au fond de soi.

 

À cette fin, le chorégraphe suit son désir de revenir à l’essence de la danse, de travailler dans la simplicité, en se concentrant sur le mouvement, la voix, le souffle, le rythme, la musicalité.

 

Ainsi, dans un espace vide, à la fois infini et indéfini, huit hommes dansent ensemble : c’est une humanité. Chacun porte en lui un univers, et l’ensemble de leurs gestes constitue une cosmogonie visant à expliciter la formation de l’univers. « Nous nous sommes détachés d’une origine qui ne nous lâche pas. Il faut rater, s’y remettre et rater mieux », a écrit Samuel Beckett. Tel est le fil qui guide le chorégraphe hongrois pour cette nouvelle pièce : recommencer à vivre, sans cesse, rester éveillé et être présent au monde.

 

En confrontant son imaginaire à celui de ses interprètes, il construit avec eux plusieurs petits récits, comme autant d’atomes qui participeraient à une matière plurielle. Il y sera nécessairement question de la rencontre avec l’autre, et de notre rapport à la nature, à l’infini, au temps, aux traces et au destin… Une histoire globale sur la genèse de notre humanité que Josef Nadj entend transmettre au public par la danse. Tout simplement.

 

Marylène Malbert

Disponible en tournée

 

 

25-27 juin 2020

Festival Les Nuits de Fourvière

Lyon (FR)

 

Tournée saison 2020/2021 bientôt en ligne…