Chorégraphie

Josef Nadj

 

Musique originale

Stevan Kovac Tickmayer

 

Scénographie

Goury

 

Lumières

Rémi Nicolas, assisté de Raymond Blot

 

Bande son

Paul Riquet

 

Interprétation

Istvan Bicskei, Denes Dobrei, Peter Gemza, Franck Micheletti, Jozsef Nagy, Jozsef Sarvari, Gyork Szakonyi,

et Stevan Kovac Tickmayer (piano), Chris Cutler (percussions).

 

Décor

réalisé par Le Vif, Fred Jack et Philippe Richard

 

Création

1994

 

Corproduction

Centre national chorégraphique d’Orleans, Théâtre National de Bretagne (Rennes), Théâtre de la Ville (Paris), La Coursive Scène Nationale (La Rochelle),  Scène National d’Orléans, Loiret

 

Le Centre national chorégraphique d’Orléans remercie particulièrement les équipes techniques du Carré Saint-Vincent – Scène Nationale d’Orléans et du Théâtre National de Bretagne.

Ce spectacle est un hommage à un écrivain-voyageur, Vojnich Oskar, né en 1864 en Hongrie, mort en 1914 en Egypte, à Port-Saïd et qui, poussé par son désir de voyage, passa les vingt dernières années de sa vie à parcourir le monde : Moyen-Orient, Afrique, Asie…

Il commence par se passionner pour les paysages volcaniques et les manifestations des forces terrestres. Par goût de l’aventure, il découvre l’expérience de la chasse aux fauves en Afrique et peu à peu s’attache à l’étude des langages humains qu’il rencontre sur sa route.

Parallèlement à ses observations sur la nature et les fauves, il se met peu à peu à poser et reposer les questions concernant l’origine des forces enfouies dans l’homme qui le poussent à conquérir les espaces lointains et le fondement de ses instincts primordiaux.

Au fur et à mesure de sa démarche, il abandonne ses recherches sur les phénomènes naturels et les animaux pour se concentrer sur une interrogation qui était celle de Platon déjà : « Qu’y a-t-il donc, là-dedans, tout au fond de moi-même ? » Entre temps, l’Europe sombre dans une période d’autodestruction et les prémices d’une guerre apparaissent. Il préfère ne pas rentrer. Il met un terme à son chemin. Le jour de ses cinquante ans, il se suicide à Port-Saïd.

Ses observations et son destin sont devenus la matière d’un questionnement qui demeure le nôtre aujourd’hui :

Comment sauvegarder le chemin que l’homme s’est péniblement construit quand celui de l’histoire se brouille, s’effondre ?

Comment avancer dans cette synthèse que l’homme a constamment à faire entre ce qu’il est, ce qu’il possède et l’inconnu, le lointain ?

Comment retrouver dans les profondeurs de l’humain ce moment où son instinct primordial côtoyait encore l’instinct originel de l’animal ?

 

Josef Nadj – octobre 1994

Dates passées :

 

7-8 décembre 2000

Scène nationale d’Orléans

Orléans (FR)

 

26-27 avril 1996

Springdance Festival Stadschouwbourg

Utrecht (NL)

 

13-14 avril 1996

Altenburg Gerta Theater

Gera (DE)

 

23 janvier 1996

Théâtre Onyx

Nantes (FR)

 

15 décembre 1995

Maison des Congrès et de la Culture

Clermont-Ferrand (FR)

 

7 novembre 1995

Centre Culturel la Rive Gauche

Saint-Étienne-de-Rouvray (FR)

 

9 septembre 1995

Oriente-Occident

Rovereto (IT)

 

5 juin 1995

Institut Français

Bratislava (SK)

 

28 mai 1995

Centre Culturel Français

Ljubjlana (SI)

 

23 mai 1995

Centre Culturel Français

Nova Gorica (SI)

 

20 mai 1995

Institut Français

Budapest (HUN)

 

13 mai 1995

La Filature

Mulhouse (FR)

 

5 mai 1995

La Ferme du Buisson

Noisiel (FR)

 

31 mars 1995

Théâtre Toursky

Marseille (FR)

 

21-22 mars 1995

Théâtre Garonne

Toulouse (FR)

 

10 mars 1995

Espace Olivier Carol, Scène nationale de Foix

Foix (FR)

 

7 mars 1995

La Passerelle

Saint-Brieuc (FR)

 

15 février 1995

La Coursive Scène nationale de La Rochelle

La Rochelle (FR)

 

20 janvier 1995

TNDI

Ollioules (FR)

 

12-14 janvier 1995

Théâtre de Singel

Anvers (BE)

 

14-22 décembre 1994

Théâtre Contemporain de la Danse

Paris (FR)

 

1-2 décembre 1994

Scène nationale d’Orléans

Orléans (FR)